Football: Marseille en grand danger à Milan

Posted by admin | SPORTS | Tuesday 13 March 2012 9:33 pm
Number of View: 1766

L’OM rêve d’une place en quarts de la C1 pour sauver une saison en dents de scie.

AU FOND de la gamelle. Depuis sa victoire de dernière minute sur l’Inter Milan (1-0) en huitième de finale aller de la Ligue des champions, l’Olympique de Marseille a déchanté. Après trois semaines d’effondrement assorties de quatre défaites consécutives en Ligue 1 (ce qui ne lui était plus arrivé depuis novembre 2006), le club phocéen est dans l’obligation de se qualifier pour les quarts de finale de la Ligue des champions, mardi à Milan (20h45, TF1), sous peine de plomber définitivement une saison très mal engagée.

À huit points du podium en Ligue 1, les Marseillais ont ainsi sérieusement compromis leurs chances de retrouver l’élite européenne l’année prochaine. Une rétrogradation annoncée à laquelle Vincent Labrune, le président olympien, prépare déjà les supporteurs tout en se montrant rassurant sur les ambitions du club à moyen terme. «Trouver des solutions sur le plan financier, c’est mon problème. On envisage le pire en permanence, depuis des mois, donc on a déjà des solutions», assurait ainsi l’homme fort de l’OM à l’issue de la défaite à Ajaccio, vendredi soir dernier.

Un potentiel non négligeable
Un constat implicite d’échec qui appelle néanmoins une réaction d’orgueil face à l’Inter Milan afin de briser la spirale infernale dans laquelle s’est laissé prendre l’OM depuis la mi-février. Mais aussi de prouver à d’éventuels investisseurs extérieurs que l’équipe de Didier Deschamps dispose d’un potentiel non négligeable au niveau européen en dépit d’une inquiétante personnalité bipolaire. Au-delà même de l’enjeu sportif – à savoir une première participation aux quarts de finale de la C1 depuis l’ère Bernard Tapie -, l’OM cherche d’abord un second souffle à San Siro. Une arène où les Marseillais n’ont jamais été battus en trois déplacements – deux nuls (1-1) en C1 face l’AC Milan en 1991 et 2010 et une victoire contre l’Inter (0-1) en quart de finale de la Coupe de l’UEFA en 2004.

Une année où les Phocéens, alors entraînés par José Anigo, avaient atteint la finale de l’épreuve. «Si je devais donner un conseil, c’est de jouer comme à l’aller: en étant sûr de sa force et en respectant l’Inter Milan. Ça ne va pas être facile, car c’est une équipe qui a du caractère et énormément de talent. Mais on en a aussi et on a du répondant. On est capable d’aller gagner ou au moins de ne pas perdre, affirme le directeur sportif olympien.

Briser la fatalité de la défaite
Fort de l’avantage offert dans le temps additionnel par André Ayew à l’aller, Didier Deschamps s’évertue à dédramatiser la situation: «C’est une autre compétition qui s’avance. En Ligue des champions, notre objectif a déjà été atteint avec la qualification pour ce huitième de fi­nale.» Une manière de placer ses joueurs dans des conditions psychologiques optimales en leur laissant penser qu’ils n’ont rien à perdre mais tout à gagner devant des Intéristes eux aussi en crise malgré leur victoire face au Chievo Vérone le week-end dernier (2-0). Et aussi de rappeler que le succès à Dortmund en décembre 2011 avait permis à l’OM de rebondir en Ligue 1 après un début de saison calamiteux. À Milan, l’OM jouera donc autant une qualification européenne que son réarmement moral. Briser la fatalité de la défaite pour lancer une dynamique de reconquête en conformité avec les objectifs initiaux des dirigeants marseillais.

Pour accomplir l’exploit de sortir le vainqueur de l’édition 2010 de la Ligue des champions, l’OM devra d’abord s’appuyer sur un bloc défensif solide susceptible de neutraliser Milito, Forlan ou Sneijder. Le retour de blessure de Stéphane Mbia (avec lequel l’OM a remporté près de 70% de ses matchs cette saison) offre des garanties sur le plan de l’hermétisme; comme les titularisations de Loïc Rémy, Mathieu Valbuena et André Ayew sur celui de l’efficacité offensive (lire ci-dessous). Les absences sur blessure conjuguées des deux premiers coïncident largement avec la terrible période de disette traversée par l’OM depuis un mois. En espérant un rebond européen de salubrité publique pour l’ensemble du foot français, dont la cinquième place à l’indice UEFA serait quasiment perdue au profit du Portugal en cas d’élimination marseillaise.

Source: Lefigaro.fr

Facebook comments:

No Comments »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a comment


× seven = 35

who's online